Select Page

Quand les Américains pourront-ils à nouveau se rendre en Europe ?

Quand les Américains pourront-ils à nouveau se rendre en Europe ?

Alors que le déploiement du vaccin COVID-19 se poursuit aux États-Unis et à l’étranger, une poignée de pays européens, dont l’Islande et la Croatie, ont commencé à s’ouvrir aux voyageurs vaccinés. D’autres pays suivront-ils l’exemple ?

Le 17 mars 2020, alors que la pandémie de coronavirus s’est emparée de l’Europe et du monde, les dirigeants de l’Union européenne ont convenu d’imposer des restrictions de voyage à la plupart des étrangers entrant en Europe afin de limiter la propagation du COVID-19. Ces restrictions ont finalement été prolongées jusqu’au 1er juillet 2020, date à laquelle l’Union européenne a commencé à accueillir de nouveau les voyageurs provenant d’une liste restreinte de pays qui avaient été approuvés par ses dirigeants.

La liste a été créée sur la base de la situation épidémiologique des pays, et des pays pouvaient être ajoutés ou retirés en fonction de l’amélioration ou de l’aggravation de leur situation en matière de COVID-19.

Les États-Unis n’ont jamais figuré sur la liste. Et inversement, les États-Unis ont toujours une interdiction en vigueur pour les voyageurs de l’Espace européen de Schengen, du Royaume-Uni et de l’Irlande, à l’exception des citoyens américains et des résidents permanents.

Les six pays figurant actuellement sur la liste de la Commission européenne sont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour, la Corée du Sud et la Thaïlande.

L’Algérie, le Canada, la Géorgie, le Monténégro, le Maroc, la Serbie, la Tunisie et l’Uruguay figuraient sur les versions précédentes de la liste mais en ont été retirés depuis, et Singapour a été ajouté plus récemment. La Chine pourrait également être incluse à un moment donné si elle accepte d’autoriser les voyageurs de l’UE à la visiter. Les résidents d’Andorre, de Monaco, de Saint-Marin et du Vatican sont considérés comme des résidents de l’UE dans le cadre de la levée des restrictions de voyage.

Il existe également de nombreuses exceptions à l’interdiction de voyager en Europe, notamment pour les citoyens et résidents européens et les membres de leur famille, les passagers en transit et les étudiants.

Il ne s’agit pas d’une liste juridiquement contraignante, mais les dirigeants de l’UE ont convenu que les pays membres ne devaient pas lever indépendamment les restrictions de voyage pour les pays ne figurant pas sur la liste avant qu’une décision ait été prise de manière coordonnée.

En effet, bien que les vaccins COVID-19 aient été développés et soient en cours de déploiement en Europe et dans le monde, la situation des voyages à destination et en provenance de l’Europe est (du moins à court terme) encore plus précaire, en grande partie à cause de l’émergence de nouvelles variantes de coronavirus qui se sont avérées plus transmissibles. Ces variantes ont suscité l’inquiétude des gouvernements qui s’empressent de faire vacciner leurs populations.

Le 2 février 2021, les pays de l’UE se sont mis d’accord sur des recommandations actualisées concernant les restrictions de voyage en Europe, qui stipulent que si la situation épidémiologique dans un pays donné s’aggrave rapidement et s’il s’avère qu’un pays a une incidence élevée d’une variante inquiétante, les restrictions de voyage pourraient être « rapidement réintroduites ». Les gouvernements européens ont déjà mis en œuvre de telles restrictions rapides dans des pays comme le Brésil et le Royaume-Uni, où de nouvelles variantes sont apparues.

En outre, l’UE demande désormais à tous les États membres d’exiger des voyageurs entrant en Europe qu’ils fournissent la preuve d’un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) négatif au COVID-19, effectué au maximum 72 heures avant le départ. Les voyageurs entrant dans l’UE peuvent également être tenus de se mettre en quarantaine, de participer aux efforts de recherche des contacts et de se soumettre à d’autres tests COVID-19 pendant une période pouvant aller jusqu’à 14 jours après leur arrivée.

Un an après la fermeture des frontières extérieures de l’Europe, il n’existe toujours pas de plan concret indiquant quand et comment l’Europe rouvrira ces frontières.

Pays européens que les voyageurs américains vaccinés peuvent visiter

Toute l’Europe n’est pas fermée aux voyageurs en provenance des États-Unis et d’ailleurs. Certains pays ont récemment annoncé des politiques qui permettent aux voyageurs ayant reçu leur vaccin COVID-19 d’entrer.

Croatie

Depuis le 1er avril, toute personne peut voyager en Croatie si elle présente un certificat de vaccination contre le COVID-19 (la dernière dose doit être administrée au moins 14 jours avant l’arrivée), si elle présente un test PCR ou un test antigénique négatif contre le COVID-19 effectué au plus tard 48 heures avant l’arrivée en Croatie (s’il s’agit d’un test rapide, un second test doit être effectué 10 jours après le test initial si votre séjour en Croatie est supérieur à 10 jours) ou si elle a été diagnostiquée et s’est rétablie du COVID-19 au plus tard 180 jours avant son arrivée. Les enfants de moins de sept ans sont exemptés.

L’ambassade des États-Unis en Croatie rappelle aux voyageurs que les touristes qui remplissent les conditions ci-dessus ne seront autorisés à entrer en Croatie que s’ils fournissent la preuve qu’ils ont payé leur hébergement en Croatie à l’avance et en totalité avant leur arrivée à la frontière.

Estonie

Depuis le 2 février, l’Estonie, pays d’Europe du Nord, a déclaré que les personnes ayant été vaccinées contre le COVID-19 peuvent entrer dans le pays sans avoir à se soumettre à une quarantaine de 10 jours et à un test de dépistage du COVID-19. Le gouvernement estonien a déclaré que les voyageurs vaccinés doivent toujours se conformer aux mesures de santé publique en vigueur en Estonie.

Géorgie

À partir du 1er février 2021, tout voyageur entièrement vacciné, quel que soit son pays d’origine, est autorisé à entrer en Géorgie à condition de présenter des documents confirmant son statut vaccinal contre le COVID-19. (Si le vaccin a nécessité deux doses, une preuve des deux doses doit être fournie).

Les voyageurs non vaccinés en provenance de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan, du Bahreïn, de la Biélorussie, de l’Union européenne, d’Israël, du Kazakhstan, de la Norvège, de l’Irlande du Nord, du Qatar, de la Russie, de l’Arabie saoudite, de la Suisse, de la Turquie, de l’Ukraine, des Émirats arabes unis, du Royaume-Uni ou des États-Unis doivent présenter à la frontière géorgienne un résultat négatif au test PCR du COVID-19 effectué dans les 72 heures précédant le voyage. Au troisième jour de leur séjour en Géorgie, les voyageurs doivent se soumettre à un deuxième test PCR.

Grèce

Le 9 mars 2021, le ministre grec du tourisme, Harry Theocharis, a déclaré que les personnes vaccinées contre le COVID-19, qui ont des anticorps ou dont le test de dépistage du COVID est négatif, pourront voyager en Grèce cet été, rapporte Reuters. « La Grèce est prête avec un protocole complet pour l’été 2021 », a déclaré Theocharis au salon mondial du tourisme ITB Berlin. Il a ajouté que la Grèce veut être prête à lancer sa saison de voyage estivale d’ici le 14 mai.

Actuellement, seuls les résidents de l’Union européenne, de la Suisse, de la Norvège, du Lichtenstein et de l’Islande peuvent entrer en Grèce, de même que les voyageurs en provenance d’Australie, de Nouvelle-Zélande, du Rwanda, de Corée du Sud, de Thaïlande, de Singapour, des Émirats arabes unis et du Royaume-Uni. Les personnes en provenance d’autres pays ne peuvent entrer en Grèce que pour des raisons de voyage essentielles.

Tous les arrivants en Grèce doivent présenter un résultat négatif au test PCR COVID-19 effectué dans les 72 heures précédant leur entrée en Grèce.

Les voyageurs entrant en Grèce doivent remplir un formulaire de localisation des passagers en ligne, qui comprend l’adresse de leur séjour en Grèce. Une fois le formulaire rempli, ils recevront un code de réponse rapide (QR) unique par courriel le jour de leur arrivée prévue en Grèce, selon le gouvernement grec.

Islande

À compter du 18 mars 2021, tous les voyageurs – y compris ceux des États-Unis – qui ont été entièrement vaccinés contre le COVID-19 peuvent entrer en Islande et ne seront pas soumis aux tests de dépistage du COVID-19 ni aux mesures de quarantaine. Auparavant, la politique islandaise stipulait que la preuve des vaccins permettait simplement à ceux qui étaient déjà autorisés à voyager en Islande (à savoir les citoyens et résidents islandais et de l’UE) d’échapper aux exigences de quarantaine et de test du pays.

 

Les voyageurs doivent fournir la preuve qu’ils ont été entièrement vaccinés (donc deux doses si deux doses sont requises) avec un vaccin dont l’utilisation a été certifiée par l’Agence européenne des médicaments, ce qui inclut les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.

« Notre expérience et les données recueillies jusqu’à présent indiquent très clairement que le risque d’infection est très faible chez les personnes qui ont acquis une immunité contre la maladie, que ce soit par la vaccination ou par une infection antérieure », a déclaré l’épidémiologiste en chef islandais Thórólfur Gudnason. L’Islande autorise également les voyageurs qui ont été précédemment infectés par le COVID-19 à entrer dans le pays sans quarantaine ni test.

 

L’Europe pourrait disposer de passeports pour le vaccin COVID-19 d’ici l’été

Le 17 mars 2021, la Commission européenne a proposé d’émettre des certificats de santé numériques qui permettraient spécifiquement aux résidents de l’UE de voyager librement à travers le bloc des 27 nations d’ici l’été, à condition d’avoir été vaccinés, d’avoir été testés négatifs pour le COVID-19 ou d’avoir guéri de la maladie. La Commission n’a pas encore abordé la question de l’impact de ces certificats de vaccination ou passeports sur les voyageurs venant de l’étranger.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré au Wall Street Journal, dans un article publié le 3 mars, que « l’objectif est de permettre progressivement aux citoyens européens de se déplacer en toute sécurité dans l’Union européenne ou à l’étranger, pour le travail ou le tourisme ».

Le sujet des certificats de vaccination fait l’objet de discussions depuis des semaines au sein de l’UE, où il s’est avéré quelque peu divisé. L’industrie du voyage et les pays du sud de l’Europe dont l’économie dépend du tourisme, comme la Grèce et l’Espagne, ont fait pression pour l’introduction rapide d’un programme qui contribuerait à éliminer les quarantaines et les exigences en matière de tests pour les touristes.

Mais plusieurs autres membres de l’UE, dont la France, ont fait valoir qu’il serait prématuré et discriminatoire d’introduire de tels laissez-passer, étant donné qu’une grande majorité de citoyens européens n’ont pas eu accès aux vaccins jusqu’à présent.

 

Dernières directives concernant les voyages à destination et à l’intérieur de l’Europe

Si la Commission européenne a mis du temps à actualiser sa position à l’égard des voyageurs étrangers souhaitant entrer sur le territoire européen, elle s’est efforcée de mettre en place un meilleur système pour ceux qui voyagent à l’intérieur de l’Europe – un système qui pourrait également servir de modèle pour les restrictions imposées aux voyages en provenance de n’importe quel pays hors d’Europe vers n’importe quel pays européen.

Le 13 octobre, les pays de l’Union européenne ont approuvé une série de critères que les pays doivent suivre pour déterminer s’il convient de restreindre les arrivées et comment le faire. Ces critères ont été mis à jour le 2 février et comprennent désormais les éléments suivants :

Cas de coronavirus – Les États membres ne doivent pas restreindre les voyages en provenance d’autres pays comptant moins de 25 nouveaux cas de COVID-19 pour 100.000 personnes au cours des 14 derniers jours.

Taux de positivité des tests – Les Etats membres ne doivent pas restreindre les voyages en provenance d’autres pays dont le taux de positivité des tests de COVID-19 est inférieur à 4 %, à condition que le taux de test hebdomadaire dépasse 300 tests pour 100 000 personnes.

Déclaration – Les États membres doivent fournir au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) leurs données sur les cas et les tests de dépistage du coronavirus sur une base hebdomadaire afin de créer une base de données commune.

Au fur et à mesure que les pays européens fournissent leurs données sur le coronavirus, l’ECDC produit une carte à code couleur (publiée sur le site Re-open EU de la Commission européenne) qui indique les pays comme suit :

Vert – si le taux de nouveaux cas est inférieur à 25 pour 100 000 et que le taux de positivité des tests est inférieur à 4 %.

Orange – si le nouveau taux de cas est inférieur à 50 pour 100 000 mais que le taux de positivité du test est de 4 % ou plus, ou si le nouveau taux de cas est compris entre 25 et 150 pour 100 000 mais que le taux de positivité du test est inférieur à 4 %.

Rouge – si le nouveau taux de cas est compris entre 50 et 500 mais que le taux de positivité du test est de 4 % ou plus, ou si le nouveau taux de cas est compris entre 150 et 500 pour 100 000 mais que le taux de positivité du test est inférieur à 4 %.

Rouge foncé – si le taux de nouveaux cas est supérieur à 500 pour 100 000.

Il faut décourager les voyages non essentiels en provenance des pays codés rouge ou rouge foncé. Il est demandé aux pays de l’Union européenne d’exiger soit une quarantaine, soit un test COVID-19 obligatoire pour les voyageurs en provenance des pays codés orange ou rouge ; une quarantaine et un test COVID-19 devraient être obligatoires pour les voyageurs en provenance des pays codés rouge foncé. Selon le guide, aucune restriction de mouvement n’est nécessaire pour les voyageurs en provenance des pays verts.

Un guide pays par pays des restrictions et politiques de voyage en Europe

Malgré tous ces protocoles, chaque pays d’Europe a adopté une approche un peu à part. La situation concernant les voyages en Europe a été et reste un casse-tête en constante évolution pendant cette pandémie. Voici un bref résumé de la manière dont certains pays européens abordent les voyages à partir du 4 mars 2021. Cette liste est loin d’être exhaustive, mais elle illustre à quel point les règles et réglementations sont différentes en Europe. Il est essentiel que les voyageurs qui traversent les frontières européennes soient au courant des dernières restrictions de voyage liées au coronavirus, car elles changent constamment.

 

La France accepte les voyageurs en provenance d’Europe

Les restrictions de voyage en France pendant la pandémieUn an après, Paris reste interdit à la plupart des voyageurs américains.

Depuis le 5 février, alors que la campagne de vaccination bat son plein, la France a déclaré que tous les voyages à destination et en provenance de pays situés en dehors de l’Europe sont interdits, sauf s’il existe une raison impérieuse de voyager, selon le gouvernement français. Les raisons impérieuses comprennent les citoyens ou résidents de France ou d’Europe qui rentrent au pays, les titulaires d’un visa de longue durée entrant pour rejoindre leur famille, les professionnels de la santé impliqués dans la lutte contre le COVID-19, les titulaires d’un  » passeport talent  » français, un visa de résidence de longue durée pour certains professionnels en activité, les étudiants et les chercheurs qui reviennent en France pour terminer leurs études ou leur travail, les travailleurs du secteur des transports, certains diplomates et citoyens étrangers travaillant pour des organisations internationales ayant leur siège en France, et les passagers en transit.

Les personnes arrivant en France en provenance d’un pays de l’Union européenne, d’Andorre, du Saint-Siège, de l’Islande, du Liechtenstein, de Monaco, de la Norvège, de Saint-Marin ou de la Suisse devront fournir une déclaration indiquant qu’elles ne présentent pas de signes de COVID-19 et qu’elles n’ont pas (à leur connaissance) été en contact avec une personne dont la présence de COVID-19 a été confirmée. Les voyageurs entrants âgés de 11 ans ou plus doivent également fournir un résultat négatif au test PCR COVID-19 effectué dans les 72 heures précédant le départ et doivent accepter de se soumettre à un test PCR COVID-19 à leur arrivée en France.

 

L’Italie est ouverte aux voyageurs de l’UE et de certains autres pays, sous certaines conditions

Les restrictions de voyage en Italie pendant la pandémieLes voyageurs autorisés à se rendre en Italie doivent fournir la preuve d’un test COVID-19 négatif.

Le 3 juin 2020, l’Italie est devenue le premier pays d’Europe à rouvrir ses frontières internationales et régionales après les verrouillages initiaux de la pandémie. À l’époque, elle n’était ouverte qu’aux personnes arrivant des pays membres de l’Union européenne, des pays de la zone Schengen, du Royaume-Uni, de l’Irlande du Nord et des micro-États et principautés d’Andorre, de Monaco, de Saint-Marin et du Vatican.

Depuis le 14 janvier, les voyageurs en provenance de la plupart des pays européens doivent fournir la preuve d’un test COVID-19 négatif effectué dans les 48 heures précédant leur arrivée en Italie. Ceux qui viennent d’Autriche doivent également être mis en quarantaine pendant 14 jours, après quoi ils doivent subir un second test COVID. Les voyages en provenance du Royaume-Uni et de l’Irlande du Nord sont interdits, sauf pour les citoyens et résidents italiens.

Les personnes arrivant d’Australie, du Japon, de Nouvelle-Zélande, de Singapour, de Corée du Sud, du Rwanda et de Thaïlande doivent être placées en quarantaine pendant 14 jours.

Les personnes en provenance de tout autre pays ou territoire ne peuvent entrer en Italie que si elles voyagent pour le travail, pour des raisons de santé, pour des études, en cas d' »urgence absolue », ou si elles retournent dans leur foyer ou leur logement.

Les informations les plus récentes sur les exigences applicables aux voyageurs à destination de l’Italie sont disponibles sur le site du ministère italien des affaires étrangères consacré aux voyages.

 

Tous les voyages en Angleterre nécessitent désormais une quarantaine et un test COVID

Les restrictions de voyage en Angleterre pendant la pandémieAu début de l’année 2021, les voyages à destination du Royaume-Uni ont de nouveau fait l’objet de restrictions sévères.

Toute personne arrivant au Royaume-Uni est désormais tenue de rester en quarantaine pendant 10 jours – et ceux qui arrivent en Angleterre doivent prouver qu’ils ont subi un test COVID-19 négatif dans les trois jours suivant leur départ.

Le 18 janvier, le Royaume-Uni a annulé son programme de corridor de voyage, qui permettait aux voyageurs provenant d’une liste de pays fréquemment mise à jour d’échapper à l’obligation de quarantaine de 10 jours. La version la plus récente de la liste comprenait environ 60 pays ou territoires. La nouvelle règle s’applique également aux citoyens britanniques qui rentrent chez eux.

Les voyageurs à destination de l’Angleterre peuvent réduire leur période de quarantaine de dix jours si leur test de dépistage du coronavirus est négatif. Dans le cadre de l’option « Test to Release » du gouvernement, les voyageurs peuvent choisir de passer un test PCR COVID-19 après 5 jours complets d’auto-isolement, et si le test est négatif, ils sont autorisés à sauter le reste de la quarantaine de 10 jours.

Les voyageurs arrivant en Irlande du Nord, en Écosse et au Pays de Galles doivent s’auto-isoler pendant 10 jours et n’ont pas la possibilité de raccourcir la quarantaine.

En outre, les passagers qui arrivent en Angleterre en provenance d’un pays autre que le Royaume-Uni, l’Irlande, les îles Anglo-Normandes ou l’île de Man doivent désormais fournir la preuve d’un test négatif de PCR, d’amplification isothermique à boucle (LAMP) ou d’antigène COVID-19 effectué dans les trois jours précédant le voyage en Angleterre. Les enfants âgés de 11 ans et moins sont exemptés de cette obligation de test, tout comme ceux qui voyagent depuis l’Irlande, l’Irlande du Nord, l’Écosse, le Pays de Galles, l’île de Man, Jersey, Guernesey, l’Ascension, les îles Falkland ou Sainte-Hélène.

Les personnes qui se rendent au Royaume-Uni depuis l’étranger devront remplir un formulaire de localisation des passagers avant leur arrivée au Royaume-Uni, sur lequel elles fourniront au contrôle frontalier britannique leurs coordonnées, y compris leur numéro de téléphone et l’adresse de leur logement au Royaume-Uni où elles s’auto-isoleront pendant 10 jours.

Les personnes qui ne s’isolent pas peuvent se voir infliger une amende allant jusqu’à 1 000 £ (soit environ 1 270 $ US), et si elles ne fournissent pas de coordonnées exactes, elles peuvent se voir infliger une amende allant jusqu’à 3 200 £ (environ 4 070 $ US). La sortie d’un lieu de quarantaine doit être limitée aux besoins médicaux urgents, à l’obtention de produits de première nécessité tels que la nourriture et les médicaments, à l’assistance aux funérailles d’un proche parent ou à une urgence.

Le 14 janvier, le Royaume-Uni a également interdit les voyages en provenance de toute l’Amérique du Sud et du Portugal en raison des inquiétudes suscitées par une nouvelle variante au Brésil.

 

L’Allemagne exige que les voyageurs en provenance d’une longue liste de pays et de régions soient mis en quarantaine et fournissent des tests COVID

Les voyageurs se rendant en Allemagne en provenance d’une liste de « zones à risque internationales » doivent être mis en quarantaine jusqu’à ce qu’ils produisent un résultat négatif au test COVID-19.

L’Allemagne tient à jour une liste de pays – et même de comtés et de régions spécifiques à l’intérieur des pays – qu’elle considère comme des  » zones à risque international  » ou des pays qui présentent un risque accru d’infection par le COVID-19. Plus récemment, l’Allemagne a créé une liste de pays supplémentaires décrits comme des « zones de variantes du virus ». Les voyageurs en provenance de ces zones à risque et de ces zones à variantes virales doivent fournir un test PCR COVID-19 négatif effectué dans les 48 heures suivant leur départ, puis rester en quarantaine pendant au moins 5 jours après leur arrivée, après quoi ils peuvent effectuer un second test COVID pour mettre fin à la quarantaine de manière anticipée, ou rester en quarantaine pendant 10 jours sans effectuer de second test. Les États-Unis figurent sur la liste des zones à risque internationales de l’Allemagne.

Cette liste est régulièrement mise à jour et comprend des pays, des comtés et des provinces d’Europe.

Pour compliquer encore les choses, en Allemagne, chaque länder, ou État, impose ses propres règles de quarantaine, de sorte que les règles peuvent être légèrement différentes selon l’État dans lequel vous entrez. Néanmoins, les règles générales prévoient qu’après être entré en Allemagne, vous devez vous rendre directement dans votre lieu de quarantaine jusqu’à ce que vous puissiez fournir la preuve d’un test COVID-19 négatif aux autorités sanitaires locales, selon le ministère fédéral allemand des affaires étrangères.

L’Espagne n’autorise que les personnes originaires d’Europe et des pays agréés par la Commission européenne – avec des tests COVID

Les restrictions de voyage en Espagne pendant la pandémiePour l’instant, les villes espagnoles telles que Bilbao ne sont accessibles qu’à certains voyageurs.

Selon l’ambassade des États-Unis en Espagne, l’Espagne autorise les voyageurs de nationalité espagnole, les résidents légaux en Espagne, les détenteurs d’un visa de longue durée ou ceux qui viennent de l’Union européenne, des pays associés à Schengen, d’Andorre, de Monaco, du Vatican et de Saint-Marin. Les conjoints, les parents et les descendants (ceux qui ont moins de 21 ans ou qui sont encore à la charge de leurs parents) des ressortissants espagnols sont également autorisés à entrer dans le pays, tout comme les travailleurs essentiels, les étudiants et les passagers en transit.

Parmi les voyageurs autorisés à entrer en Espagne, s’ils viennent d’un pays à haut risque (ce qui, en mars 2021, était la majorité des pays d’Europe), ils doivent présenter un test PCR COVID-19 négatif effectué dans les 72 heures suivant leur départ.

Selon l’office national du tourisme espagnol, les voyages en Espagne sont également autorisés depuis l’Australie, la Chine, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour et la Thaïlande.

Depuis le 22 décembre, l’Espagne a interdit les voyages en provenance du Royaume-Uni, à l’exception des citoyens ou résidents espagnols.

 

Le Portugal autorise les voyages en provenance d’Europe et de certains pays non européens, avec des tests COVID.

Les établissements hôteliers et touristiques portugais portant le label « Propre et sûr » ont mis en place des mesures de santé et d’hygiène vérifiées.

Actuellement, les voyageurs des pays de l’UE, ainsi que du Liechtenstein, de la Norvège, de l’Islande, de la Suisse et du Royaume-Uni, sont autorisés à entrer au Portugal par voie aérienne, selon les informations publiées sur le site Web du Service de l’immigration et des frontières du Portugal. Les voyageurs en provenance des pays et régions autonomes suivants sont également autorisés à entrer : Australie, Chine, Corée du Sud, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Singapour, Thaïlande, Hong Kong et Macao.

Tous les passagers âgés de deux ans et plus doivent fournir la preuve d’un test PCR COVID-19 négatif effectué dans les 72 heures précédant le départ. Les personnes voyageant depuis la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, l’Estonie et la Lettonie doivent également se soumettre à une quarantaine obligatoire de 14 jours.

Les vols à destination et en provenance du Brésil et du Royaume-Uni ont été suspendus jusqu’au 16 mars 2021.

 

Ailleurs en Europe

L’interdiction de se rendre en Suède en provenance de pays non membres de l’UE reste en vigueur au moins jusqu’en mars.

L’interdiction des voyages non essentiels vers la Suède en provenance de pays non membres de l’UE a été renouvelée à plusieurs reprises et est actuellement en vigueur au moins jusqu’au 31 mai. La Suède exige désormais des voyageurs entrants autorisés qu’ils fournissent un test COVID négatif effectué dans les 48 heures suivant leur arrivée à la frontière suédoise.

Le Danemark a limité l’entrée de tous les voyageurs, à l’exception des citoyens et résidents danois, aux voyages essentiels, c’est-à-dire les voyages pour le travail, la famille ou les affaires juridiques. Tous les arrivants au Danemark doivent fournir la preuve d’un test COVID négatif effectué dans les 24 heures suivant leur arrivée et doivent être placés en quarantaine pendant 10 jours.

À compter du 4 février 2021, tous les voyageurs à destination de l’Irlande doivent fournir un résultat négatif au test PCR COVID-19 effectué dans les 72 heures précédant le départ et doivent être mis en quarantaine pendant 14 jours.

La nation insulaire méditerranéenne de Malte a mis au point une classification des pays en « liste verte », « liste orange » et « liste rouge », selon Visit Malta. Les voyageurs en provenance de pays figurant sur la liste verte seront soumis à un contrôle de température à l’aéroport et devront remplir un formulaire de santé. Ceux qui viennent de pays figurant sur la liste orange doivent fournir la preuve d’un test PCR COVID-19 négatif effectué dans les 72 heures précédant l’embarquement sur leur vol à destination de Malte. Des tests aléatoires par écouvillonnage sont effectués à l’arrivée à l’aéroport international de Malte. Les voyageurs en provenance de pays figurant sur la liste rouge, dont les États-Unis, doivent passer 14 jours dans un pays de la liste verte ou orange avant leur arrivée et fournir la preuve d’un test PCR COVID-19 négatif.

 

Les points essentiels à retenir

Parmi les nombreuses choses que cette pandémie a apprises aux amoureux des voyages et aux voyageurs en général, la patience est une vertu. Alors que les américains attendent de voir comment les gouvernements européens continuent de réagir à la pandémie de coronavirus, ils devront faire preuve d’un peu plus de patience.

De nombreux américains ont hâte de retourner en Europe. Et ils le feront très certainement. La question n’a jamais été que de savoir quand.