Select Page

Peut-on encore transmettre la Covid-19 après la vaccination ?

Peut-on encore transmettre la Covid-19 après la vaccination ?

Rien ne prouve qu’aucun des vaccins Covid-19 actuels puisse empêcher complètement les gens d’être infectés – et cela a des implications sur nos perspectives d’obtenir une immunité collective.

Le 17 juin 2009, un garçon de 11 ans est rentré aux États-Unis en provenance du Royaume-Uni en apportant, malgré lui, quelque chose. Plus tard dans la semaine, alors qu’il suivait un programme d’éducation religieuse dans le comté de Sullivan, dans l’État de New York, il a développé un mystérieux gonflement de ses glandes salivaires. Il a eu les oreillons, une infection respiratoire qui s’est propagée par contact avec des gouttelettes dans l’air.

Pendant ce temps, le cours de religion se poursuit. Les 400 enfants présents ont passé des heures chaque jour à se retrouver face à face de manière prolongée. À la fin du programme, 22 autres personnes avaient été infectées, ainsi que trois adultes.

Alors que les étudiants rentraient chez eux, le virus s’est propagé à Brooklyn et dans le comté de Rockland, puis dans le comté d’Ocean et le comté d’Orange. En tout, l’épidémie a duré un an et au moins 3 502 personnes ont développé la maladie.

Lorsque les scientifiques ont analysé ce qui s’était passé, ils ont suggéré que le style d’apprentissage de l’établissement en confrontant face à face des binômes d’étudiants, aurait permis une « transmission particulièrement efficace du virus des oreillons ». Ce qui pourrait sembler le plus surprenant dans ce cas, c’est que le super-épandeur accidentel avait reçu un cycle complet du vaccin ROR (rougeole, oreillons et rubéole). Il est probable qu’il avait une certaine immunité, d’ailleurs, comme les autres enfants vaccinés, il a développé des symptômes relativement légers sans complications, mais il était quand même capable de porter le virus et de le transmettre à d’autres.

En fait, la plupart des vaccins ne protègent pas totalement contre l’infection, même s’ils peuvent empêcher l’apparition des symptômes. En conséquence, les personnes vaccinées peuvent, sans le savoir, porter et propager des agents pathogènes. Parfois, elles peuvent même déclencher des épidémies.

 

Une immunité « efficace » ou « stérilisante »

Il existe deux principaux types d’immunité que vous pouvez obtenir grâce aux vaccins. L’un est l’immunité dite « efficace », qui peut empêcher un agent pathogène de provoquer une maladie grave, mais ne peut pas l’empêcher de pénétrer dans l’organisme ou de se reproduire. L’autre est une « immunité stérilisante », qui peut contrecarrer totalement les infections, voire prévenir les cas asymptomatiques. Ce dernier point est l’aspiration de toute la recherche sur les vaccins, mais il est étonnamment rarement atteint.

Prenons l’exemple de la méningite. Pour le type de méningite causé par la bactérie Neisseria meningitidis, il existe de nombreux vaccins pour les dizaines de souches différentes. Les différents vaccins administrés en France peuvent ensemble prévenir 85 à 90 % des cas de maladie. Toutefois, il a été démontré que plusieurs d’entre eux permettent encore aux gens de « porter » les bactéries en cause.

Elles peuvent se cacher dans le nez ou l’arrière de la gorge, d’où elles sont capables d’infecter d’autres personnes en éternuant, en toussant, en s’embrassant ou en partageant des cigarettes ou encore en buvant dans le même verre. Dans une étude menée auprès d’étudiants universitaires, le vaccin n’a eu aucun effet sur la proportion de personnes hébergeant l’agent pathogène quatre semaines plus tard.

Il est également possible d’être infecté par la coqueluche, l’hépatite B, les oreillons et (souvent, mais pas toujours) la grippe, que vous ayez été vacciné ou non – bien que tous ces vaccins soient très efficaces pour empêcher les gens de développer des symptômes graves ou de devoir être hospitalisés.

 

Comment l’immunité stérilisante fonctionne ?

Alors qu’une immunité efficace est généralement assurée par une combinaison de globules blancs – tels que les lymphocytes B et T – et d’anticorps, l’immunité stérilisante concerne généralement ces derniers. Elle repose notamment sur des anticorps neutralisants, qui défendent l’organisme contre les agents pathogènes en se collant à leur surface extérieure et en les empêchant d’interagir avec leurs cibles prévues, telles que les cellules qui tapissent le nez, la gorge ou les poumons.

Dans le cas de la Covid-19, les anticorps neutralisants qui reconnaissent le virus se lient à la protéine de pointe à sa surface, qu’il utilise pour pénétrer dans les cellules. Pour obtenir une immunité stérilisante, les vaccins doivent stimuler suffisamment de ces anticorps pour attraper toute particule de virus entrant dans l’organisme et les désarmer immédiatement.

 

Quel type d’immunité les vaccins anti-Covid-19 procurent-ils ?

« En un mot, nous ne le savons pas, car ils sont trop récents », disent les spécialistes.

Jusqu’à présent, les vaccins Covid-19 disponibles n’ont pas été jugés principalement sur leur capacité à prévenir la transmission, bien que celle-ci soit maintenant évaluée comme un paramètre secondaire pour beaucoup d’entre eux. Leur efficacité a plutôt été évaluée en fonction de leur capacité à prévenir l’apparition de symptômes.

Israël avait déjà vacciné plus de la moitié de ses citoyens à la fin du mois de janvier, ce qui en fait un lieu intéressant pour étudier la manière dont les vaccins affectent la transmission.

Les scientifiques savent déjà que les anticorps que les gens développent après une infection naturelle par la Covid-19 ne les empêchent pas toujours d’être réinfectés. Une étude menée auprès de professionnels de la santé a révélé que 17 % des personnes qui avaient déjà des anticorps au début de l’étude, probablement à la suite d’une première infection, l’ont contracté une seconde fois. Environ 66 % de ces cas étaient asymptomatiques, mais on pense qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des symptômes pour risquer de transmettre le virus à d’autres personnes.

 

Heureusement, ce n’est pas tout à fait la fin de l’histoire.

Certains indices laissent penser que certains vaccins pourraient réduire la transmission, même s’ils ne peuvent pas l’éliminer entièrement. L’une des façons d’y parvenir est de réduire le nombre de particules virales dans l’organisme des gens. Dès lors, il est fort probable que si les vaccins rendent les gens moins malades, ils produisent moins de virus et seront donc moins infectieux, mais ce n’est qu’une théorie.

 

L’immunité stérilisante est aussi notoirement délicate à prouver

Comme la plupart des essais cliniques n’ont pas vérifié si les vaccins empêchaient la transmission, les scientifiques cherchent actuellement à savoir s’ils ont un impact sur les taux d’infection dans les endroits où ils ont déjà été largement distribués. Tous les pays restent attentifs à ce que l’épidémie à la Covid-19 dans les maisons de soins, type EPHAD, où les efforts de vaccination sont prioritaires, deviennent moins fréquentes, si les vaccins avaient un effet.

Mais cela pose problème. Il y a en effet deux facteurs. D’une part, nous avons des mesures de confinement et un d’autre part un vaccin. Il est donc assez difficile de les dissocier et d’analyser des résultats. S’agit-il du vaccin ? Est-ce le confinement, ou plus probablement une combinaison des deux ?

Voici ce que nous savons jusqu’à présent sur la capacité des vaccins actuels à stopper la transmission.

Oxford-AstraZeneca

En juillet de l’année dernière, une étude testant l’efficacité de ce vaccin chez les macaques rhésus, qui ont une physiologie pulmonaire similaire à celle de l’homme, a donné des résultats prometteurs. Elle a révélé que si les singes étaient protégés contre les maladies graves, cela ne les empêchait pas d’être infectés par la Covid-19. Les singes vaccinés étaient aussi susceptibles d’être infectés que les singes non vaccinés, bien qu’ils aient moins de particules virales dans leurs poumons que le groupe non vacciné.

Les auteurs ont noté que leurs résultats suggéraient que le vaccin pourrait ne pas empêcher la transmission du virus, « cependant, il pourrait réduire la maladie de manière significative ».

Passons rapidement aux essais de phase III chez l’homme, et le tableau se complique un peu plus. De manière inhabituelle, le vaccin Oxford-AstraZeneca n’a pas simplement consisté à injecter aux participants deux doses du nouveau vaccin ou d’un placebo – dans ce cas-ci, le vaccin contre la méningite – puis à les suivre pour voir s’ils avaient développé des symptômes plusieurs semaines plus tard. Cet essai comportait également l’étape supplémentaire consistant à leur demander de réaliser un prélèvement nasal et pharyngé chaque semaine, afin de vérifier l’absence d’infections asymptomatiques.

Selon ces résultats, publiés en janvier 2021, le vaccin était efficace à 59 % pour prévenir les infections chez les personnes ayant reçu une demi-dose, suivie d’une dose standard – un groupe qui se trouvait également être plus jeune que la moyenne de l’ensemble de l’étude. Cependant, parmi ceux qui ont reçu deux doses complètes, ce chiffre est tombé à seulement 4 %. La recherche n’a pas cherché à savoir si le vaccin avait un impact sur le nombre de particules virales dans les poumons des patients.

Les auteurs ont expliqué que si la réduction du nombre d’infections – et donc du potentiel de transmission – dans le groupe ayant reçu une demi-dose était prometteuse, des données supplémentaires étaient nécessaires pour confirmer les résultats.

Le dernier développement en date est un nouvel article publié en pré-impression le 1er février, qui a révélé les résultats d’un mois supplémentaire d’étude des participants à l’essai. Les chercheurs ont découvert que le vaccin avait réduit le nombre de cas avec virus détectable de 67% après une seule dose standard, et ont écrit que cela montre « le potentiel d’une réduction substantielle de la transmission ».

Pfizer-BioNTech

Il n’y a pas encore de preuve concluante que le vaccin Pfizer-BioNTech puisse empêcher les gens d’être infectés par le coronavirus – et donc stopper sa propagation. Mais certains signes avant-coureurs laissent penser qu’il pourrait le faire.

Début janvier, le directeur général de Pfizer, Albert Bourla, a déclaré que des études sur les animaux avaient montré qu’il offrait une protection significative contre le transfert du virus, bien que cela n’ait pas été prouvé chez l’homme.

Ensuite, une petite enquête israélienne a révélé que, sur 102 membres du personnel médical ayant reçu deux doses du vaccin, seuls deux avaient développé de « faibles » quantités d’anticorps. Les autres 98% avaient plus d’anticorps que les personnes qui avaient été infectées par le Covid-19. Les résultats ont été publiés par le biais d’un communiqué de presse, qui cite le responsable de l’étude, spéculant sur le fait que ces puissantes réponses immunitaires étaient susceptibles d’empêcher les gens de devenir porteurs ou de propager la maladie.

Toutefois, il y a un certain nombre de raisons d’être prudent dans l’interprétation de ces résultats, comme la petite taille de l’échantillon et le fait que la recherche n’a pas été publiée dans une revue à comité de lecture.

Plus récemment, le ministère israélien de la santé a examiné les dossiers médicaux d’un million de personnes dans le pays et a constaté que, une semaine après avoir été complètement vacciné, seulement 317 personnes sur 715 425 se sont révélées positives au coronavirus.

Là encore, il ne s’agissait pas d’un essai clinique – il n’y avait pas de groupe de contrôle non vacciné, et l’effet pourrait être dû à autre chose, comme l’impact d’un verrouillage imposé en décembre. Mais le taux d’infection était considérablement plus faible qu’ailleurs (0,04%, alors qu’on estime que 1,87% des personnes en Angleterre ont attrapé le virus au cours de la semaine se terminant le 23 janvier).

Jusqu’à présent, les vaccins Covid-19 n’ont pas été évalués principalement en fonction de leur capacité à arrêter la propagation de la Covid-19.

Une étude menée par le fournisseur national de soins de santé – Maccabi Healthcare Services – a obtenu des résultats tout aussi encourageants. Sur les 163 000 personnes ayant reçu un vaccin complet, seules 31 ont été infectées, contre 6 500 dans un groupe équivalent de personnes non vaccinées.

Moderna

Bien que l’essai Moderna n’ait pas examiné spécifiquement si le vaccin peut prévenir la transmission, les participants ont été contrôlés pour détecter une infection à la Covid-19 avant de recevoir leur première et leur deuxième dose – ce qui signifie qu’il était possible de comparer les taux d’infection dans ces groupes. En tout, 14 personnes ont été testées positives après avoir reçu une injection, 38 personnes ayant reçu un placebo.

Cela suggère que le vaccin pourrait prévenir deux tiers des cas asymptomatiques après une seule injection. Cependant, cette recherche provisoire a ses limites : le nombre de personnes testées positives étant faible, il se peut que l’estimation ne soit pas tout à fait exacte. Elle a été publiée dans une note d’information soumise à l’agence européenne des médicaments et n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs.

Novavax

Le vaccin n’a pas encore été approuvé pour une utilisation dans le monde entier – et comme les autres, il n’a pas encore été démontré de manière exhaustive qu’il prévient les infections ou la transmission chez l’homme.

Mais en novembre dernier, certains résultats préliminaires ont suscité l’enthousiasme des scientifiques.

La société a révélé qu’elle avait entièrement empêché la propagation du virus lors d’études sur les macaques rhésus, lorsqu’ils avaient reçu une dose suffisamment élevée. Ces résultats l’ont placée dans un club exclusif de vaccins capables de prévenir complètement la transmission asymptomatique chez d’autres primates – ce qui est considéré comme un signe prometteur, car ils ont une physiologie respiratoire similaire à celle de l’homme.

Aujourd’hui, les scientifiques attendent de savoir si le vaccin peut également conférer une immunité stérilisante aux humains vaccinés.

 

Une immunité collective incomplète

Malheureusement, la capacité des vaccins à prévenir la transmission n’aura pas seulement un effet sur la durée pendant laquelle les règles de distanciation sociale doivent être respectées, elle aura également un impact sur l’immunité collective.

Le seuil d’immunité collective n’est pas encore clair, car il n’a été atteint ni par une infection naturelle ni par la vaccination. À mesure que le nombre de personnes vaccinées augmentera, les scientifiques s’attendent à ce que moins de personnes soient testées positives pour la Covid-19 dans les maisons de soins.

L’immunité collective est la protection indirecte contre une maladie infectieuse que les populations acquièrent lorsqu’un nombre suffisant de personnes sont immunisées. Le seuil nécessaire pour l’atteindre dépend de nombreux facteurs différents, tels que le taux de reproduction du virus, ou « R », le nombre de personnes supplémentaires infectées par chaque porteur, qui lui-même varie considérablement. Parmi les facteurs qui influent sur ce dernier, on peut citer le lieu de résidence, la variante en cause et les conditions sur le terrain, comme le confinement.

Cela signifie que, même lorsque les scientifiques en sauront plus, il n’y aura pas de seuil fixé pour l’immunité collective qui fonctionne partout, mais il est possible d’estimer approximativement ce qu’elle pourrait être.

Par exemple, un calcul suggère que pour un vaccin qui élimine totalement la transmission, 60 à 72 % de la population devrait être vacciné, afin d’obtenir une immunité collective complète. Mais si l’efficacité du vaccin était de 80 %, entre 75 et 90 % des gens devraient l’être.

Ce chiffre est potentiellement plus élevé que les ambitions de vaccination de nombreux pays. Le Royaume-Uni vise à vacciner chaque adulte d’ici septembre, ce qui représente environ 51 millions de personnes sur 67,5 millions, soit 75 % de la population au total. Cela suppose que tous les adultes du pays soient prêts à se faire vacciner et soient en assez bonne santé pour y avoir droit.

Cependant, la plupart des scientifiques ne s’attendent pas à éliminer entièrement le virus. Pour l’instant, l’objectif est de réduire au maximum sa transmission. Même si l’on vaccine, il y a encore un nombre assez important de personnes sensibles. Donc, nous verrons toujours des épidémies se produire. Elles risquent de rester assez localisées, et de continuer à susciter l’inquiétude en entraînant une charge de morbidité.

Certains scientifiques affirment que l’accent mis sur la prévention de la transmission est une fausse piste, car une fois qu’un nombre suffisant de personnes ont été vaccinées, peu importe qu’elles soient encore capables de propager le virus, tout le monde sera immunisé.

Cependant, cela peut s’avérer crucial pour les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées, par exemple parce qu’elles sont enceintes, trop jeunes ou trop malades.

En attendant une réponse, nous devrions peut-être tous garder à l’esprit l’histoire du garçon de 11 ans qui a les oreillons – et faire comme si nous n’avions pas été vaccinés, même si nous l’avons été.